/// Devenir crocodile ///



Danya Hammoud

ven. 7 oct. | 19h
Espace culturel | Brasles


Être intensément au présent, dans l’époque, avec son épaisseur, son effroi, ses empêchements, ses fractures, ses gouffres, ses peurs et ses contradictions, voilà l’endroit où vit et s’active le travail de la chorégraphe libanaise Danya Hammoud. Cette danse d’attention vive, branchée sur les sursauts politiques, résonne dans un corps alerte, traversé par l’état du monde comme par ses propres tensions.


durée : 45mn



Pour entrer dans Devenir crocodile, peut-être faut-il raconter le trajet de sa pièce précédente, Sérénités était son titre. Entamé en 2018, ce trio devenu duo par la force des choses a vu sa substance complètement remaniée au gré des évènements qui ont bouleversé le Liban : le soulèvement populaire entamé contre la corruption en 2019, puis la tragique explosion du port de Beyrouth en août 2020 et la fermeture des frontières due au Covid. Comme une vague qui a déferlé jusqu’à Marseille, où la chorégraphe est à présent installée, cette situation a modifié le corps de la pièce, jusqu’à renouveler la façon dont Danya Hammoud écrit la danse. Devenir crocodile part donc de là, de l’effondrement d’un pays, d’une ville et de pans entiers de mondes intérieurs. Des images et des mots se déposent dans un corps qui raconte son trouble au présent. À partir de souvenirs, de rêves, de désirs, un récit se tisse sur le fil, en vacillement constant. La chorégraphe va chercher du côté du grotesque, de la déformation et de la boursouflure, pour créer une danse poreuse aux tourments.


De et avec Danya Hammoud En collaboration avec David Oppetit à la composition sonore Lumière Jade Rieusset Accessoires Clara Perreaut Remerciements à Camille Lorin artiste photographe, vidéaste, pour son regard et ses retours

Mentions :
Production L’Heure en commun I Coproduction La Maison CDCN Uzès Gard Occitanie ; Scènes croisées de Lozère ; L’échangeur-CDCN Hauts-de-France I Soutiens : Dans les parages, Marseille pour la mise à disposition de studio


coproduction