/// Dorothée Munyaneza ///



Après une parole autobiographique, dans Samedi Détente, Dorothée Munyaneza souhaite faire entendre la parole de femmes dont le corps a été un champ de bataille pour des hommes assoiffés de pouvoir et de violence. De ces viols sont nés des enfants non-désirés, unwanted... À partir de témoignages de femmes et d’enfants recueillis au Rwanda, Dorothée Munyaneza constitue la matière de son spectacle avec laquelle elle travaillera en chants, en danse, en mots et en musique. “Je souhaite une certaine élégance, de la dignité, une beauté non-soumise.” dit la chorégaphe. “Ces femmes violentées sont encore vivantes et, malgré les épreuves, tiennent encore debout ; telles des arbres, elles cherchent à déployer leurs racines et leurs branches. Je vois un habit qui pourrait être passé de femme en femme, comme un héritage, une histoire qui se raconte de mère en fille, afin que celle qui l’a porté ne soit pas oubliée.”


Dorothée Munuyaneza

Originaire du Rwanda, Dorothée Munyaneza quitte Kigali en 1994 à 12 ans pour s’installer avec sa famille en Angleterre. Elle étudie la musique à la Jonas Foundation de Londres et les sciences sociales à Canterbury avant de s’établir en France. Avec la musique, le chant, la danse, le texte, Dorothée Munyaneza part du réel pour saisir la mémoire et le corps, individuels et collectifs. En 2004, elle compose et interprète la bande originale du film Hotel Rwanda de Terry George et participe en 2005 à l’album Anatomic du groupe Afro Celt Sound System. En 2010, elle sort son premier album solo et collabore en 2012 à l’album Earth Songs du compositeur James Brett. En 2006, elle rencontre François Verret et est son interprète dans Sans Retour, Ice, Cabaret et Do you remember, no I don’t. Depuis, Dorothée Munyaneza œuvre sur la scène chorégraphique internationale auprès de Nan Goldin, Mark Tompkins, Robyn Orlin, Rachid Ouramdane, Maud Le Pladec et Alain Buffard. En 2013, elle crée sa compagnie Kadidi et signe Samedi Détente en 2014.